News

Caté : la Parabole du riche insensé

Caté : la Parabole du riche insensé



La parabole du riche insensé (ou l'homme riche et ses greniers) d'après Luc 12.13-21.

Dieu lui dit : “Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?” Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »



MÉDITATIONS

► Sur www.entretienschretiens.com

Extrait :

Le Seigneur Jésus raconte cette parabole après avoir été interrompu abruptement par un individu de la foule. Jésus venait tout juste de terminer ses explications sur l’importance de la fidélité pour le disciple accablé sous la persécution (Luc 12.1-12) et voici que cet homme lui demande tout à coup de résoudre un différend à propos d’un héritage.

Il est donc question d’un fermier dont les affaires allaient très bien. Cette année-là, la récolte avait été particulièrement abondante. Tous ses silos sont maintenant pleins à craquer de sorte qu’il ne savait plus où mettre le reste de ses céréales. Cela le força à réfléchir sur les actions à prendre pour préserver l’ensemble de sa récolte. Il rejette rapidement l’idée de construire des greniers additionnels car ilaurait fallu qu’ilsacrifie une portion de ses terres, ce quiaurait diminué d’autant sa capacité de production pour les années subséquentes. Après mûres réflexions, il décide de démolir complètement ses silos et d’en construire de plus grands. Ilmontre par ce choix qu’il n’a pas l’intention d’écouler à rabais son produit sur un marché vraisemblablement saturé. Il préfère attendre un moment plus propice où il pourra vendre en tirant un profit raisonnable. Que pensez-vous de ce fermier? Peut-on lui reprocher de se préoccuper de ses avoirs? Cette parabole dépeint un homme qui gère ses biens de façon prudente et efficace. Avec la sagesse d’un homme d’affaire expérimenté, il réorganise son système d’entreposage afin de mettre à l’abris non seulement son blé mais également tous ses autres biens. J’y amasserai toute ma récolte et tous mes biens (v. 18). Ne pensez-vous pas qu’il ait agit en homme sensé? N’auriez-vous pas fait de même si vous étiez dans ses souliers? Voyez-vous, la force de cette parabole réside dans le fait que le comportement de cet homme semble tout à fait raisonnable.

Sur le plan moral, on ne peut guère critiquer cet individu non plus. Il n’est pas dit qu’il vivait dans l’immoralité ou qu’il exploitait ses ouvriers. Rien ne nous fait penser que sa richesse ait été acquise par la fraude. Le portrait est vraiment celui d’un homme au passé sans reproche. Quel est le problème alors? Cette parabole est intrigante. Elle nous présente quelqu’un à qui la chance a souri. De riche qu’il était, Dieu le bénit d’une richesse plus grande encore. Il ferait l’envie de bien des hommes. Et pourtant,ces circonstances apparemment idéales évoluent soudainement vers la catastrophe. Malgré une excellente maîtrise de ses affaires, l’attitude de cet homme révèle un problème fondamental, si fondamental qu’il lui en coûtera la vie. Le premier indice d’un problème apparaît dans son monologue. Notez la présence prédominante du ‘je’et du ‘moi’. En trois courts versets,cet homme utilise le pronom personnel ‘je’six fois et l’adjectif possessif ‘mon’ ou ‘mes’à cinq reprises. Mes fruits, mes greniers, mes biens. J’abattrai, je bâtirai, j’assemblerai. Remarquez à quel point tout gravite autour de lui. Cette façon de s’exprimer trahit une pensée pour le moins égocentrique. Trop absorbé par ses intérêts personnels, il n’a ni estime ni reconnaissance envers la providence de Dieu. Jamais n’a-t-il songé à utiliser ses surplus pour le bien des hommes. Certes il n’y a aucun mal à se réjouir de sa richesse. L’erreur est de rapporter tout à soi-même. La Bible enseigne que Dieu est la source de toute richesse matérielle et que la richesse implique un devoir de générosité envers ceux qui sont moins favorisés. Or cet aspect ne semble guère préoccuper notre riche fermier.
Imprime écran de la page web


FICHE DE LECTURE

Sur Annuaire Chrétien

Christ nous montre les riches provisions spirituelles que Dieu met en réserve pour ceux qui croient en Lui. Il nous montre plus loin la différence entre les misérables choses de ce monde et les choses si importantes de la vie future. « Ne vous inquiétez pas pour votre vie »

Christ ne veut pas nous dire d’être imprévoyants ou insouciants mais de ne pas se mettre en peine, de ne pas s’attrister au sujet des choses de cette vie, terrestre. La vie affirme-t-il est plus que le manger, le corps vaut plus que le vêtement.



CATÉCHÈSE

► Proposée sur le site Choisis la vie

DIAPORAMA ET ILLUSTRATIONS

►Sur  Free Bible Images

 http://www.freebibleimages.org/illustrations/rich-fool/?utm_source=FreeBibleimages+List&utm_campaign=c7a0075316-Feb_2014_v_3&utm_medium=email&utm_term=0_8adee6cc78-c7a0075316-306928441&ct=t%28Feb_2014_v_3%29&mc_cid=c7a0075316&mc_eid=941fd4464d


VISUELS POUR RÉALISER UN BD

 Extrait du pdf en anglais ICI


TEXTE DE RÉFÉRENCE

LUC 12, 13-21

13 Du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »
14 Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? »
15 Puis, s’adressant à tous : « Gardez-vous bien de toute avidité, car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. »
16 Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté.
17 Il se demandait : “Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.”
18 Puis il se dit : “Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens.
19 Alors je me dirai à moi-même : Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.”
20 Mais Dieu lui dit : “Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?”
21 Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »
AELF

Aucun commentaire