Méditation sur l'aveugle de Jéricho

Méditation sur l'aveugle de Jéricho

Des fiches de lecture et méditation sur le récit de l’aveugle de Jéricho (Bartimée) relaté dans Marc 10, 46-52 et Luc 18, 35-43, d'après le site de l'Eglise Catholique de France.

 

Point de réflexion

 

« Jésus, Fils de David, aie pitié de moi » Mettons nous pour un instant à la place de Bartimée : il est aveugle, il est indigent. Il a constamment besoin des autres pour vivre… d’ailleurs c’est un mendiant assis au bord de la route. Quand Jésus s’approche, il a l’intuition qu’Il pourra faire quelque chose pour lui. Il crie. Il n’a pas honte de ce que pensent les autres, ni même d’ailleurs de ce que peuvent dire ou faire les autres ! Il s’agit de quelque chose d’important, d’essentiel dans sa vie. Il s’agit certes d’une guérison, mais surtout d’une rencontre décisive ! Une rencontre avec Celui qu’on appelle le Messie. Regardons quelques instants – avec les yeux de Dieu – notre propre vie. Y a-t-il une question, une situation, qui me rende indigent ? Nécessiteux de l’aide des autres ? Nécessiteux de l’intervention de Dieu dans ma vie ? Puis-je moi aussi, dans le silence de mon cœur, crier au Seigneur « Jésus, Fils de David, aie pitié de moi ». 

La suite  sur Catholique.org

Méditation

Méditations de Mg Roland  

"Je vous propose de méditer, dans l’évangile selon saint Marc (Mc 10, 46-52), la rencontre de Jésus avec Bartimée, afin d’y découvrir le mystère de notre appel et de notre mission à chacun. Il nous faut examiner de près le déroulement de la rencontre de cet homme avec Jésus, parce que son histoire, c’est aussi la nôtre.  Nous sommes à la sortie de la ville de Jéricho, sur la route qui mène à Jérusalem. Jésus est en train de s’acheminer de manière déterminée vers la Cité sainte pour y vivre sa Pâque, car il est décidé à aimer jusqu’au bout. Le groupe de ses disciples l’accompagne sur ce chemin. Et voici qu’au bord de la route se trouve un mendiant aveugle du nom de Bartimée. Commençons par bien prendre conscience de la situation concrète de Bartimée. Aveugle, il est plongé dans les ténèbres. Assis, il se tient dans une position statique et passive. Posté au bord de la route, il est situé en marge de la société et de la communauté des disciples. Mendiant, il n’assume pas son existence. Esclavage des ténèbres, passivité, marginalité sociale, dépendance des autres pour subsister : tout cela nous conduit à conclure que cet homme est comme mort".

La suite sur le site de la  Conférences des évêques de France 

www.kt42.fr -  Hébergé par Overblog