Conte : Le poisson et le naufragé (l'amitié malgré les différences)

Avec le conte du naufragé et du poisson nous découvrons comment devenir amis, s'apprivoiser, se faire proche.

Nous avons utilisé ce conte dans le cadre du module "Dieu se fait proche".

Ci-joint une proposition du conte illustré.

Ralisation  KT42

Conte : Le poisson et le naufragé (l'amitié malgré les différences)

Conte « le Poisson et le naufragé » illustré.doc

Conte « le Poisson et le naufragé ».doc

 

Lire le conte

 

            Dans une mer bleue et profonde, vivait un poisson. Mais attention, pas n'importe quel poisson ! Plutôt du genre surprenant... Il avait la taille d'un grand saumon, les couleurs fabuleuses des poissons cachés, pourpre et or saupoudrés d'argent, mais surtout ses yeux brillaient comme ceux des dauphins, et comme eux, sa bouche souriait toujours.

            Un jour qu'il jouait à rouler dans l'écume des vagues, le poisson aperçut soudain un grand morceau de bois qui dérivait à la surface. Et sur ce bois flottant, un homme était couché, les cheveux emmêlés et le visage creusé de fatigue. Son navire avait dû faire naufrage...

            Dès que le poisson vit l'homme, son cœur qui était encore plus beau que les fabuleuses couleurs de son corps se mit à battre très fort. « Un ami ! » se dit le poisson, ivre de joie. Et il allait se précipiter vers le naufragé quand soudain il croisa son regard. Aïe ! L'homme était affamé ! Il n'avait sans doute rien mangé depuis des jours.

            Par prudence, le poisson demeura à quelques distances. Il sortit de l'eau sa tête, découvrit ses yeux brillants et sa bouche à l'éternel sourire et, d'une voix chantante comme les bulles d'eau, il dit :

- « Homme, veux-tu que nous soyons amis ? »

            L'homme se redressa un peu puis retomba. Il était trop épuisé. Alors le poisson se dit à lui-même : « Il a faim. Donnons-lui ce dont il a besoin. Ce sera le début de notre amitié. » Et à la nuit tombée, le poisson plongea vers les profondeurs de la mer. Lorsqu'il reparut, il rapportait des algues comestibles pour l'homme. Il les déposa sur le bois, près de lui. Il fit ainsi trois nuits de suite. L'homme mangea et reprit des forces. Mais le poisson faisait comme si de rien n'était, comme si ce n'était pas lui qui apportait la nourriture, car il ne voulait pas acheter l'amitié de l'homme.

            Le quatrième jour, le poisson vint nager près de lui, et une seconde fois, lui proposa :

- « Homme, soyons amis. »

- « A quoi me servirait ton amitié ? » répondit le naufragé. « Je suis perdu sur cette mer, je vais bientôt mourir. Je suis triste car je ne reverrai plus ceux que j'aime. Va-t-en ! Laisse-moi tranquille ! »

- « Mais qui te parle de mourir ? » enchaîna le poisson. « Si nous devenons amis, tu te sentiras léger comme les goélands. Tu oublieras ta solitude et ta peur. Et ton cœur bondira de joie comme les vagues autour de nous. »

            L'homme s'entêta dans son refus. Mais le poisson demeura de longs jours près de lui, discret et attentif. Quand l'homme s'endormait au soleil, le poisson, d'un petit coup de nageoire d'or, lui lançait un peu d'eau pour le rafraîchir, et toujours la nuit il continuait de le nourrir. Après des semaines passées auprès de lui, le poisson pour la troisième fois proposa :

- « Homme, je t'offre mon amitié.»

- « As-tu bien regardé ? » répondit l'homme en fronçant les sourcils. « Nous n'avons aucune ressemblance. Comment serais-je l'ami d'un poisson ? »

- « Justement, quand on est différent, c'est encore mieux ! » s'exclama le poisson en faisant une pirouette hors de l'eau. « Regarde le ciel, léger, aérien, puis la mer, profonde et liquide. Ils sont si différents ! Et pourtant comme ils se marient bien ! L'un n'irait pas sans l'autre... Je t'en prie, accepte. »

            L'homme décréta qu'une telle amitié était impossible. Il s'emmura dans le silence, et la tristesse rongea ce qui lui restait de vie. Alors une nuit, une violente tempête déchaîna la mer. L'homme à bout de forces perdit connaissance et tomba dans les flots. Le poisson, le cœur battant, le prit sur son dos et nagea toute la nuit.

            Et au matin, quand l'homme ouvrit les yeux, il vit qu'il se trouvait sur une plage, le poisson veillant sur lui dans quelques brasses d'eau.

- « Poisson au cœur d'or ! » s'exclama l'homme. «Tu m'as sauvé la vie. Désormais je suis ton ami. Viens avec moi, je te creuserai un étang, et nous ne nous quitterons plus. »

-  « Mais je ne saurais vivre hors de la mer infinie », dit le poisson.

- « Alors c'est moi qui me rapprocherai » conclut l'homme.

            Il s'installa dans un village près de la côte, et chaque matin depuis ce jour, il nage avec bonheur, entouré de ribambelles d'enfants, avec le poisson au cœur d'or...

Réflexion sur le texte

Sur le site Cate Saint Martin, voici repris les questions et la réflexion à mener avec les enfants.

 

Comprendre le conte : 

-             Au début du conte, les deux personnages sont-ils amis ?

-            Qu’est-ce que le naufragé découvre grâce au poisson ?

Eléments de réponse : Au début du conte, malgré les difficultés l’homme refuse l’amitié du poisson. Il trouve cette idée absurde, car ils sont trop différents. Le poisson persiste et, en cachette,  donne à l’homme ce dont il a le plus besoin : de la nourriture. L’homme ne comprend toujours pas que ce poisson est un véritable ami. Il ne comprend pas que le poisson n’attend rien en retour. Le poisson tient profondément à cette amitié, il persiste à lui donner à manger et lui pose sans cesse la question : « veux-tu être mon ami ? ». Grâce au poisson, l’homme découvre que nous pouvons être amis avec des personnes différentes. La différence est une richesse : chacun peut apporter quelque chose à l’autre.  

 

Lancer une réflexion  sous forme de débat

 - Comment peut-on devenir l'ami de quelqu'un?

 - A partir de notre échange, peut-on dire ce qu'est un ami? 

www.kt42.fr -  Hébergé par Overblog