Overblog
Suivre ce blog

Jésus guérit deux aveugles (Matthieu 9, 27-31)

Méditation, fiche d'évangile et coloriages à partir du récit de la guérison de deux aveugles selon Matthieu 9 27-31.

Jésus guérit deux aveugles (Matthieu 9, 27-31)

Coloriages

Des coloriages autour des récits bibliques : Jésus guérit les aveugles

Lien de l'album de coloriages

 

 

Méditation

Les deux aveugles symbolisent notre famille humaine déchue et faible. Nous nous trouvons si souvent dans le noir, tel les aveugles, et nous prions afin de recevoir de l’aide. Le péché affaiblit notre foi. Le mal dans le monde et les tristesses de la vie obscurcissent notre capacité à croire. Dieu semble éloigné et peu disposé à nous aider. Aveugles et désespérés, nous savons pourtant que Jésus passe près de nous. Alors, crions : « Jésus, fils de David, Aide-moi ! Aie pitié ! Toi seul a les mots de la vie éternelle ! » Comment les aveugles, qui ne voyaient pas, ont-ils fait pour suivre Jésus jusqu’à la maison ? Imitons leur exemple et, même si nous sommes dans l’obscurité, recherchons, persévérons, courons après Lui ; ne nous lassons pas de prier, mais supplions-Le.

 

Si la miséricorde de Dieu suffisait pour nous sauver, alors nous serions tous sauvés. C’est pour cela que Jésus demande "Crois-tu ?" Il nous montre par là que la compassion ne suffit pas. Il est nécessaire d’avoir la foi et de vouloir nous placer sous la protection du Christ. Compter sur la bonté de Dieu sans faire aucun effort revient à tomber dans le péché de la présomption. Nous ne pouvons pas présumer de la miséricorde de Dieu, pas plus que du degré de sévérité de sa justice. Un coeur sincère et humble, Seigneur, tu ne le rejetteras pas !

 

3. : « Que tout se fasse pour vous selon votre foi ! » Ces mots nous rappellent les paroles de Marie : « qu’il m’advienne selon votre parole ». Dieu respecte notre liberté : c’est une réalité à la fois terrible et sublime. Fils de David, aie pitié de moi ! Touche-moi, guéris-moi et renforce mon désir de faire ta volonté, et non la mienne.

Extrait d'une article sur Catholique.org

Jésus guérissant les aveugles par Juilus Schnorr von Carolsfeld

Jésus guérissant les aveugles par Juilus Schnorr von Carolsfeld

Jésus guérissant les aveugles  par Georges Ostrogorsky  (état byzantin)

Jésus guérissant les aveugles par Georges Ostrogorsky (état byzantin)

La guérison des aveugles de Jéricho (mosaïque)

La guérison des aveugles de Jéricho (mosaïque)

Fiche d’évangile sur les récits de guérison d’aveugles

 Une fiche.pdf sur le site Hysope.org

 

Adapation de KT42 sur la guérison des deux aveugles

Jésus n'a pas répondu aux cris des deux hommes pendant tout le trajet ! Certains passants ont dû ricaner : “Le faiseur de miracles ne peut rien faire quand on a vraiment besoin de lui !” D'autres au contraire encourageaient ces aveugles à persévérer. Jésus a voulu que beaucoup de gens entendent le long du chemin comment ces deux aveugles l'appelaient. Jésus ne mettait pas à l'épreuve la foi des aveugles , mais c'était la foi des spectateurs qui était testée ! Quand la guérison des aveugles a été connue, chacun des spectateurs a pu alors méditer sur sa propre réaction quand il entendait crier ces deux hommes. Jésus voulait en outre, comme le montre le v. 30 (« Attention ! que personne ne le sache ! ») que la guérison ait lieu en privé et non en public, pour éviter une publicité tapageuse

Durant le trajet, les aveugles ont évidemment remarqué que Jésus ne s'arrêtait pas pour s'occuper d'eux. Mais ils ont aussi remarqué que jamais Jésus, directement ou par disciples interposés, ne leur a ordonné de se taire . Ces deux aveugles non accompagnés étaient sans doute des mendiants , ils avaient l'habitude de décrypter les moindres signes favorables, et savaient persévérer dans leurs requêtes habituelles. Alors que l'Espérance d'Israël était à portée de voix, il n'était pas question pour eux d'abandonner. Jésus le savait.

Et maintenant, ils savent qu'ils entrent dans la “maison” (sans doute celle de Pierre à Capernaüm) où Jésus demeure, et qu'il n'ira pas plus loin. Ils “s'approchent de lui” . Ils ne le voient pas, mais ils savent que Jésus les regarde et les voit . Et enfin il leur parle ! Sous les pauvres vêtements battent plus vite des cœurs qui ont beaucoup souffert.

Et Jésus leur dit : "croyez-vous que JE puisse faire cela ?, "Oui, Seigneur, lui répondirent-ils". Il ne leur demande pas ; “Croyez-vous que je vais vous guérir ” , mais “croyez-vous que je PEUX vous guérir ” . Il ne leur demande pas non plus de réciter un catéchisme : “Croyez-vous que le Messie peut guérir les aveugles ?'' , mais : “Croyez-vous que JE le peux ? Jésus ne demande pas à ces hommes un effort pour augmenter leur petite foi. Leur démarche suffisait pour que le bras de Dieu entre en action.

Cela ne veut pas dire que le miracle est accordé “proportionnellement” à la foi des deux hommes, car cela n'aurait pas de sens ! Dieu travaille avec des gens ayant une foi comme un grain de sénevé. L'important, c'est que leur foi a pour objet la messianité de Jésus qu'ils viennent de confesser, même si leur compréhension est encore limitée (c'est vrai pour tous les hommes)

La foi des deux hommes en l'identité de Jésus (non seulement il est fils de David, mais surtout l'Esprit du Tout-Puissant est en lui) a été validée. La foi de Jésus (celle qui, même petite, peut déplacer les montagnes, Mt. 17:20) va dès lors pouvoir agir sur la base de leur foi en la Parole manifestée de l'heure.

 

Mt. 9:30a “... et leurs yeux s’ouvrirent” : Le miracle est soudain, parfait. A la fin du voyage , les derniers rideaux tombent. Les aveugles qui ont cru en lui sans le voir, le voient enfin. C'est Jésus qu'ils voient en premier.

 

Mt. 9:30b “Jésus leur fit cette recommandation sévère : Prenez garde que per sonne ne le sache” :  Le mot “recommandations sévères, menaces” est violent dans le texte grec et exprime une réprobation véhémente en cas de désobéissance.  Jésus sait que l'adversaire veut provoquer un tumulte , et qu'il y parviendra en utilisant ceux-là mêmes qui ont été bénis par Jésus !

 

Jésus avait précédemment interdit à un lépreux de se hâter de témoigner de sa guérison, mais c'était alors dans un souci de témoignage et de respect de la Loi de Moïse. Mt. 8:4 “Puis Jésus lui dit : Garde-toi d'en parler à personne ; mais va te montrer au sacrificateur , et présente l'offrande que Moïse a prescrite, afin que cela leur serve de témoignage .” Mais, en règle générale, c'est dans l'intérêt du miraculé et de ses proches, ou pour ne pas hâter l'heure prévue par Dieu que Jésus s'oppose autant que possible à une publicité tapageuse.

Mt. 12:15-16 (après la guérison d'une main sèche, et la décision des pharisiens de faire périr Jésus) “(15) Mais Jésus, l'ayant su, s'éloigna de ce lieu. Une grande foule le suivit. Il guérit tous les malades, (16) et il leur recommanda sévèrement de ne pas le faire connaître .” Lc. 8:56 (après la guérison de la fille de Jaïrus) “Les parents de la jeune fille furent dans l'étonnement, et il leur recommanda de ne dire à personne ce qui était arrivé"

 

Mt. 9:31 “mais, dès qu’ils furent sortis, ils répandirent sa renommée dans tout le pays”

Ils ne se rendent pas compte, en agissant ainsi, qu'ils sont poussés par l'adversaire à désobéir à l'Esprit, alors que Jésus a été très clair et impérieux. La famille de Jaïrus a été plus respectueuse de la volonté de Jésus. Le lépreux avait lui aussi désobéi, avec des conséquences dommageables :

 

Mc. 1:45 “Mais cet homme, s'en étant allé, se mit à publier hautement la chose et à la divulguer , de sorte que Jésus ne pouvait plus entrer publiquement dans une ville . Il se tenait dehors, dans des lieux déserts, et l'on venait à lui de toutes parts.”

Jésus ne se faisait pas d'illusion sur la discrétion des hommes. Mais cela ne l'a pas empêché de les guérir. Ces précautions seront bientôt inutiles, et, après la Pentecôte, les croyants ne cesseront de témoigner avec l'aide de l'Esprit !

Act. 4:20 “ Nous ne pouvons pas ne pas parler de ce que nous avons vu et entendu.

Texte de référence : Matthieu 9, 27-31

27 Tandis que Jésus s’en allait, deux aveugles le suivirent, en criant : « Prends pitié de nous, fils de David ! »
28 Quand il fut entré dans la maison, les aveugles s’approchèrent de lui, et Jésus leur dit : « Croyez-vous que je peux faire cela ? » Ils lui répondirent : « Oui, Seigneur. »
29 Alors il leur toucha les yeux, en disant : « Que tout se passe pour vous selon votre foi ! »
30 Leurs yeux s’ouvrirent, et Jésus leur dit avec fermeté : « Attention ! que personne ne le sache ! »
31 Mais, une fois sortis, ils parlèrent de lui dans toute la région.
32 Ils sortirent donc, et voici qu’on présenta à Jésus un possédé qui était sourd-muet.

AELF

www.kt42.fr -  Hébergé par Overblog