Overblog
Suivre ce blog

La marche sur les eaux (le symbole de la mer dans la Bible)

La marche sur les eaux (le symbole de la mer dans la Bible)

Lors d'une réunion avec des parents d'enfants catéchisés, nous avons étudié le récit de Marc 6, 45-52 (Jésus marche sur les eaux). Cette étude biblique a permis de voir quel symbole la mer représentait à l'époque de la rédaction du récit, et ce que ce mot évoque pour nous aujourd'hui. Par cette étude, nous avons insisté sur la nécessité d'avoir des "clés" de lecture pour comprendre la Bible, et qu'il est nécessaire de toujours actualiser un texte en se posant la question : "comment cette parole me parle encore dans ma vie ?". 

Déroulement : Des clés de lecture pour comprendre un texte biblique

 

Etape 1 : la Bible ? (10 mn)

  • Faire des groupes de 5
  • Donner à chaque groupe une Bible
  • Inviter les parents à poser toutes leurs questions, leurs difficultés ou leur expérience concernant la Bible (la Parole de Dieu) : en quoi elle nourrit déjà ma foi ? Qu’est-ce qui m’est difficile à comprendre, à recevoir ?

 

Etape 2 : méthode pour interpréter et actualiser un texte biblique ? (1h)

Sur le tableau blanc écrire le mot « MER » : chacun exprime ce qu’évoque pour lui ce mot

  • Ces images parleront sans doute de vacances, de loisirs, de voyages, mais rarement de risque ou de mort. Cette étape importante permettra de mesurer les contresens que nous faisons en entendant ce mot : nous ne voyons plus les mêmes choses que jadis.
  • Lire à haute voix le texte biblique de Mc 6, 45-52 : Jésus marche sur les eaux.
  • Faire exprimer les réactions, questions et incompréhensions du groupe.
  • Chercher dans l’Ancien Testament ce que représente le symbolisme de la mer en utilisant quelques références bibliques (détails sur le déroulement)

 Préciser le sens du mot Mer dans la Bible et mesurer le décalage avec nos représentations contemporaines

Dans la Bible, la mer est toujours le lieu du danger et de l’immaîtrisable. C’est le lieu où périssent les Egyptiens, où les porcs sont précipités avec les démons (Mc 5, 1-20). Mais elle est aussi domptée par Dieu qui en a fixé les limites. Il en est le créateur et le maître.
La mer est bien le lieu de la mort, mais traverser la mer, c’est passer de la mort à la vie : le peuple hébreu, Jonas ont été sauvé de la mer.

  • Mettre en valeur ce que ce texte nous révèle sur Jésus : il domine la mer comme il a gagné la mort. Le récit de Mc 6, 45-52 lu précédemment où Jésus marche sur les eaux ne cherche pas à nous décrire un exploit athlétique et surhumain de Jésus. Il nous parle de l’identité de Jésus, Fils de Dieu, dont la puissance créatrice nous sauve de la mort. Là le récit devient intéressant 
    Jésus se révèle comme Fils de Dieu, en dominant la mer, donc la mort. Ce texte nous évoque la résurrection de Jésus que ses disciples prennent pour un fantôme.
    Jésus mort et ressuscité nous invite à la confiance. Il nous libère de nos peurs actuelles.
  • Chercher comment actualiser ce texte en prenant un temps de silence pour réfléchir à ces questions :
    - en quoi sommes-nous concernés par la victoire de Jésus sur la mort ?
    - comment entendre dans notre vie la parole de Jésus : « confiance, n’ayez pas peur ? ».
  • Partager les apports dits en groupe et dégager le sens de ce texte pour la foi aujourd’hui.

Etape 3 : Clés pour interpréter la Parole de Dieu

  • Evaluer le chemin parcouru depuis les premières impressions sur le mot Mer notées au début de la rencontre ; dire ce que chacun a découvert de cette recherche ; les écueils à éviter dans la lecture de la Bible
  • - La Bible est inspirée par Dieu : c’est son Esprit qui parle au cœur des hommes qui l’écrivent.
  • - Dieu est donc bien l’auteur de la Bible mais les hommes ne sont pas des scribes passifs.
  • - Celui qui écrit utiliser le langage et la culture de son temps pour retransmettre la Parole de Dieu révélée dans l’expérience de son peuple (poème, livres historiques, paraboles, proverbes, épîtres …)
  • - Celui qui lit la Bible aujourd’hui doit interpréter et actualiser ce texte dans sa propre expérience, mais c’est toujours le même Esprit qui parle à l’Homme.
  • - La Bible n’est pas une parole anodine et sans intérêt, elle a un sens actuel. Il faut savoir se déconnecter de notre langage scientifique d’aujourd’hui pour en trouver le vrai sens et l’actualiser à notre vie.
  • - Il ne faut pas lire la Bible au premier degré (exactitude et vérité) ce qui peut engendrer deux attitudes opposées :
    *  Le fondamentalisme qui consiste à prendre le récit tel quel en faisant fi de la différence de culture
    * le rejet, car le texte apparaît insensé pour aujourd’hui.

 

 Le travail biblique nécessite un travail d’interprétation et d’actualisation en Eglise pour en dégager la portée symbolique et la pertinence pour aujourd’hui.

Texte de référence - Marc 6, 45-52

45 Aussitôt après, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, vers Bethsaïde, pendant que lui-même renvoyait la foule.
46 Quand il les eut congédiés, il s’en alla sur la montagne pour prier.
47 Le soir venu, la barque était au milieu de la mer et lui, tout seul, à terre.
48 Voyant qu’ils peinaient à ramer, car le vent leur était contraire, il vient à eux vers la fin de la nuit en marchant sur la mer, et il voulait les dépasser.
49 En le voyant marcher sur la mer, les disciples pensèrent que c’était un fantôme et ils se mirent à pousser des cris.
50 Tous, en effet, l’avaient vu et ils étaient bouleversés. Mais aussitôt Jésus parla avec eux et leur dit : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez pas peur ! »
51 Il monta ensuite avec eux dans la barque et le vent tomba ; et en eux-mêmes ils étaient au comble de la stupeur,
52 car ils n’avaient rien compris au sujet des pains : leur cœur était endurci.

AELF

La marche sur les eaux (le symbole de la mer dans la Bible)
www.kt42.fr -  Hébergé par Overblog