News

Méditation sur le récit de l'aveugle de Siloé l'aveugle-né)

Méditation sur le récit de l'aveugle de Siloé


S'interroger sur le récit de l'aveugle de Siloé 

1/ Dans ce texte, quels sont les personnages ?
Quelles sont les paroles et l’attitude de l’Aveugle ?
Quelles sont les paroles et les attitudes de ceux qui entourent l’Aveugle ?
Quelles sont les paroles et les attitudes de Jésus ?

2/ Qu’est ce qui nous pose question ? Qu’est ce qui nous touche ?
3/ Comment les attitudes de l’Aveugle rejoignent notre expérience ? Est-ce que nous aussi, nous nous laissons toucher par Jésus ?
Fiche de lecture proposé par Diaconia 2013

Fiche de lecture de l'évangile de Jean : l'aveugle-né

► Proposé sur le site du diocèse de Arras
Télécharger le fichier PDF "Fiche Jean 08" (108.7 Ko)



MÉDITATION 1 

Vous avez peut-être remarqué le caractère très singulier de cette guérison d'un aveugle de naissance. Dans les autres récits des évangi­les où l'on parle de guérison d'aveugles, ce sont les aveugles eux-mêmes qui, du fond de leur ténèbre, apprenant que Jésus est de passage, crient ver Lui et dans un geste de confession de foi, appellent, inter­pellent Jésus qui alors leur demande : "Que voulez-vous que Je fasse pour vous ?" et c'est eux-mêmes qui crient : "Seigneur, que je voie !" Dans ce cas, la guéri­son commence par la foi, comme si l'aveugle, privé de la vue, voyait mieux que l'entourage qui ne fait que du brouhaha autour de la personne de Jésus, comme si les aveugles, par exemple les deux aveugles de Jéricho ou Bartimée dans le récit de Luc, avaient pressenti le mystère de Jésus au cœur même de leur cécité, dans leur détresse, dans leurs ténèbres. Alors qu'ici nous avons exactement la démarche inverse.
L'aveugle-né demande rien. Il est au Temple, il mendie, et c'est Jésus avec ses disciples qui, passant prés de lui, le voient. Et les disciples posent à Jésus la questions : "Qui a péché ? Lui ou ses parents ?" Lui, l'aveugle-né demande toujours rien. Et parce que les disciples font des réflexions sur l'aveugle, c'est Jésus lui-même qui prend l'initiative de mettre de la salive et de la boue sur les yeux de l'aveugle puis de l'en­voyer à la piscine de Siloë. Alors commence non seulement la guérison, mais un long processus par lequel l'aveugle parviendra à la confession de la foi. Autrement dit, à propos d'épisodes comparables, gué­risons d'aveugles, les récits de ces guérisons sont pour ainsi dire inversés. Dans les synoptiques c'est la re­connaissance de Jésus dans la foi qui permet aux aveugles de voir. Tandis qu'ici en saint Jean, l'évan­gile que pourtant on considère comme le plus mysti­que, comme celui qui plane au-dessus des conditions de la vie terrestre, au-dessus du sensible, c'est préci­sément dans le moment où l'aveugle a les yeux ou­verts par le Christ, sur l'initiative du Christ, qu'il pourra parvenir à la confession de foi, lorsque Jésus lui demandera : "Crois-tu au Fils de l'Homme?" et que l'aveugle, encore dans l'hésitation dira : "Mais qui est-il ?" et que Jésus lui dira : "Tu le vois, c'est Moi qui te parle que se prosternant il l'adora. C'est à pro­prement parler le premier acte de foi de l'aveugle-né dans l'évangile de saint Jean.
Source http://www.moinesdiocesains-aix.cef.fr/homelies/careme/quatrieme-semaine/dimanche-vigiles/5916-laveugle-ne.html


MÉDITATION 2

Ai-je l’humilité de me reconnaître pécheur

“Va te laver à la piscine de Siloé.” Dans ce récit, l’aveugle ne demande rien à Jésus, c’est le Christ qui prend l’initiative. À chaque fois qu’il met en oeuvre son pouvoir de guérison, le Messie exerce et révèle sa mission de rétablir l’humanité dans sa dignité première. Il fait donc de la boue avec sa salive, en enduit les yeux de l’aveugle et l’envoie se laver à une source. L’aveugle reconnaît son besoin de guérison, il se lave à la source et recouvre la vue comme aux premiers jours de la création. L’aveugle-né, qui deviendra par la suite un disciple de Jésus, souligne nos besoins de guérison à nous tous. Comme pour l’aveugle-né, Jésus vient à notre rencontre et se tient prêt à nous guérir de tous nos maux. Ce temps de Carême est le temps de la purification, de la guérison, par excellence. Est-ce que je reconnais mon besoin de guérison ? Quelle partie de moi-même suis-je prêt à exposer à la guérison ? Est-ce que j’ai la ferme intention de faire ce que le Christ, par l’intermédiaire de l’Eglise, m’invite à faire pour cela ? Ai-je l’humilité de me reconnaître pécheur et, avec un cœur contrit, rechercher le pardon dans le sacrement de la réconciliation ?
► Lire la suite Méditation sur l’aveugle de Siloé (Catholique.org)

MÉDITATION 3

Le retour à la lumière de la foi

Je vais présenter brièvement le mystère de cet aveugle qui a recouvré la lumière. Ces gestes étonnants et admirables accomplis par notre Seigneur Jésus-Christ sont à la fois des actes et des paroles, des actes puisqu’ils ont été faits, des paroles puisqu’ils sont des signes. L’aveugle de naissance est le genre humain. Par conséquent, si nous voulons réfléchir sur la signification de ce qui a été fait, c’est le genre humain qui est cet aveugle, car par le péché cette cécité a frappé le premier homme, dont nous avons tous tiré une origine, non seulement de mort, mais encore d’iniquité. En effet, si la cécité est l’incrédulité et si le retour à la lumière est la foi, quel est celui que le Christ à sa venue a trouvé fidèle, alors que l’Apôtre, qui était né pourtant dans la nation des Prophètes, déclare : Nous étions nous-mêmes autrefois fils de colère par nature, comme tous les autres (Ep 2,3) Si nous étions fils de colère, nous étions fils de punition, fils de châtiment, fils de la géhenne.
► Lire la suite : Méditation de Saint Augustin

TEXTE DE RÉFÉRENCE

Jean 9, 1-41


01 En passant, Jésus vit un homme aveugle de naissance.
02 Ses disciples l’interrogèrent : « Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? »
03 Jésus répondit : « Ni lui, ni ses parents n’ont péché. Mais c’était pour que les œuvres de Dieu se manifestent en lui.
04 Il nous faut travailler aux œuvres de Celui qui m’a envoyé, tant qu’il fait jour ; la nuit vient où personne ne pourra plus y travailler.
05 Aussi longtemps que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde. »
06 Cela dit, il cracha à terre et, avec la salive, il fit de la boue ; puis il appliqua la boue sur les yeux de l’aveugle,
07 et lui dit : « Va te laver à la piscine de Siloé » – ce nom se traduit : Envoyé. L’aveugle y alla donc, et il se lava ; quand il revint, il voyait.
08 Ses voisins, et ceux qui l’avaient observé auparavant – car il était mendiant – dirent alors : « N’est-ce pas celui qui se tenait là pour mendier ? »
09 Les uns disaient : « C’est lui. » Les autres disaient : « Pas du tout, c’est quelqu’un qui lui ressemble. » Mais lui disait : « C’est bien moi. »
10 Et on lui demandait : « Alors, comment tes yeux se sont-ils ouverts ? »
11 Il répondit : « L’homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue, il me l’a appliquée sur les yeux et il m’a dit : “Va à Siloé et lave-toi.” J’y suis donc allé et je me suis lavé ; alors, j’ai vu. »
12 Ils lui dirent : « Et lui, où est-il ? » Il répondit : « Je ne sais pas. »
13 On l’amène aux pharisiens, lui, l’ancien aveugle.
14 Or, c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue et lui avait ouvert les yeux.
15 À leur tour, les pharisiens lui demandaient comment il pouvait voir. Il leur répondit : « Il m’a mis de la boue sur les yeux, je me suis lavé, et je vois. »
16 Parmi les pharisiens, certains disaient : « Cet homme-là n’est pas de Dieu, puisqu’il n’observe pas le repos du sabbat. » D’autres disaient : « Comment un homme pécheur peut-il accomplir des signes pareils ? » Ainsi donc ils étaient divisés.
17 Alors ils s’adressent de nouveau à l’aveugle : « Et toi, que dis-tu de lui, puisqu’il t’a ouvert les yeux ? » Il dit : « C’est un prophète. »
18 Or, les Juifs ne voulaient pas croire que cet homme avait été aveugle et que maintenant il pouvait voir. C’est pourquoi ils convoquèrent ses parents
19 et leur demandèrent : « Cet homme est bien votre fils, et vous dites qu’il est né aveugle ? Comment se fait-il qu’à présent il voie ? »
20 Les parents répondirent : « Nous savons bien que c’est notre fils, et qu’il est né aveugle.
21 Mais comment peut-il voir maintenant, nous ne le savons pas ; et qui lui a ouvert les yeux, nous ne le savons pas non plus. Interrogez-le, il est assez grand pour s’expliquer. »
22 Ses parents parlaient ainsi parce qu’ils avaient peur des Juifs. En effet, ceux-ci s’étaient déjà mis d’accord pour exclure de leurs assemblées tous ceux qui déclareraient publiquement que Jésus est le Christ.
23 Voilà pourquoi les parents avaient dit : « Il est assez grand, interrogez-le ! »
24 Pour la seconde fois, les pharisiens convoquèrent l’homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent : « Rends gloire à Dieu ! Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur. »
25 Il répondit : « Est-ce un pécheur ? Je n’en sais rien. Mais il y a une chose que je sais : j’étais aveugle, et à présent je vois. »
26 Ils lui dirent alors : « Comment a-t-il fait pour t’ouvrir les yeux ? »
27 Il leur répondit : « Je vous l’ai déjà dit, et vous n’ave z pas écouté. Pourquoi voulez-vous m’entendre encore une fois ? Serait-ce que vous voulez, vous aussi, devenir ses disciples ? »
28 Ils se mirent à l’injurier : « C’est toi qui es son disciple ; nous, c’est de Moïse que nous sommes les disciples.
29 Nous savons que Dieu a parlé à Moïse ; mais celui-là, nous ne savons pas d’où il est. »
30 L’homme leur répondit : « Voilà bien ce qui est étonnant ! Vous ne savez pas d’où il est, et pourtant il m’a ouvert les yeux.
31 Dieu, nous le savons, n’exauce pas les pécheurs, mais si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, il l’exauce.
32 Jamais encore on n’avait entendu dire que quelqu’un ait ouvert les yeux à un aveugle de naissance.
33 Si lui n’était pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. »
34 Ils répliquèrent : « Tu es tout entier dans le péché depuis ta naissance, et tu nous fais la leçon ? » Et ils le jetèrent dehors.
35 Jésus apprit qu’ils l’avaient jeté dehors. Il le retrouva et lui dit : « Crois-tu au Fils de l’homme ? »
36 Il répondit : « Et qui est-il, Seigneur, pour que je croie en lui ? »
37 Jésus lui dit : « Tu le vois, et c’est lui qui te parle. »
38 Il dit : « Je crois, Seigneur ! » Et il se prosterna devant lui.
39 Jésus dit alors : « Je suis venu en ce monde pour rendre un jugement : que ceux qui ne voient pas puissent voir, et que ceux qui voient deviennent aveugles. »
40 Parmi les pharisiens, ceux qui étaient avec lui entendirent ces paroles et lui dirent : « Serions-nous aveugles, nous aussi ? »
41 Jésus leur répondit : « Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché ; mais du moment que vous dites : “Nous voyons !”, votre péché demeure.

Aucun commentaire