News

Lire et comprendre les Béatitudes dans Matthieu et Luc

LES BEATITUDES


LES BÉATITUDES DANS L'ÉVANGILE DE MATTHIEU

Matthieu 5.1-16



Voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui.
Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait /
Heureux les pauvres de cœur, car le Royaume de Dieu est à eux !
Heureux les doux: ils obtiendront la terre promise !
Heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés !
Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, ils seront rassasiés !
Heureux les miséricordieux, ils obtiendront miséricorde!
Heureux les cœurs purs, ils verront Dieu !
Heureux les artisans de paix, ils seront appelés fils de Dieu !
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, le royaume des cieux est à eux !
Heureux serez-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous à cause de moi !
Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse car votre récompense sera grande dans les cieux ! AELF

LES BÉATITUDES SUR LE SITE DU VATICAN

Sur le site du Vatican d'après Mt 5, 3-10 
Bienheureux ceux qui ont une âme de pauvre, car le Royaume des cieux est à eux.
Bienheureux les doux, car ils possèderont la terre.
Bienheureux les affligés, car ils seront consolés.
Bienheureux les affamés et assoiffés de la justice, car ils seront rassasiés.
Bienheureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde.
Bienheureux les cœurs purs, car ils verront Dieu.
Bienheureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu.
Bienheureux les persécutés pour la justice, car le Royaume de Dieu est à eux.
Bienheureux êtes-vous quand on vous insultera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement contre vous toute sorte d’infamie à cause de moi.
Soyez dans la joie et l’allégresse, car votre récompense sera grande dans les cieux

1716 Les béatitudes sont au cœur de la prédication de Jésus. Leur annonce reprend les promesses faites au peuple élu depuis Abraham. Elle les accomplit en les ordonnant non plus à la seule jouissance d’une terre, mais au Royaume des Cieux :

1717 Les béatitudes dépeignent le visage de Jésus-Christ et en décrivent la charité ; elles expriment la vocation des fidèles associés à la gloire de sa Passion et de sa Résurrection ; elles éclairent les actions et les attitudes caractéristiques de la vie chrétienne ; elles sont les promesses paradoxales qui soutiennent l’espérance dans les tribulations ; elles annoncent les bénédictions et les récompenses déjà obscurément acquises aux disciples ; elles sont inaugurées dans la vie de la Vierge Marie et de tous les saints.

Le désir de bonheur
1718 Les béatitudes répondent au désir naturel de bonheur. Ce désir est d’origine divine : Dieu l’a mis dans le cœur de l’homme afin de l’attirer à Lui qui seul peut le combler :

Tous certainement nous voulons vivre heureux, et dans le genre humain il n’est personne qui ne donne son assentiment à cette proposition avant même qu’elle ne soit pleinement énoncée (S. Augustin, mor. eccl. 1, 3, 4 : PL 32, 1312).

Comment est-ce donc que je te cherche, Seigneur ? Puisqu’en te cherchant, mon Dieu, je cherche la vie heureuse, fais que je te cherche pour que vive mon âme, car mon corps vit de mon âme et mon âme vit de toi (S. Augustin, conf. 10, 29).

Dieu seul rassasie (S. Thomas d’A., symb. 1).

1719 Les béatitudes découvrent le but de l’existence humaine, la fin ultime des actes humains : Dieu nous appelle à sa propre béatitude. Cette vocation s’adresse à chacun personnellement, mais aussi à l’ensemble de l’Église, peuple nouveau de ceux qui ont accueilli la promesse et en vivent dans la foi.

 La béatitude chrétienne

1720 Le Nouveau Testament utilise plusieurs expressions pour caractériser la béatitude à laquelle Dieu appelle l’homme : l’avènement du Royaume de Dieu (cf. Mt 4, 17) ; la vision de Dieu : " Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu " (Mt 5, 8 ; cf. 1 Jn 3, 2 ; 1 Co 13, 12) ; l’entrée dans la joie du Seigneur (cf. Mt 25, 21. 23) ; l’entrée dans le Repos de Dieu (He 4, 7-11) :
Là nous reposerons et nous verrons ; nous verrons et nous aimerons ; nous aimerons et nous louerons. Voilà ce qui sera à la fin sans fin. Et quelle autre fin avons-nous, sinon de parvenir au royaume qui n’aura pas de fin ? (S. Augustin, civ. 22, 30).

1721 Car Dieu nous a mis au monde pour le connaître, le servir et l’aimer et ainsi parvenir en Paradis. La béatitude nous fait participer à la nature divine (1 P 1, 4) et à la Vie éternelle (cf. Jn 17, 3). Avec elle, l’homme entre dans la gloire du Christ (cf. Rm 8, 18) et dans la jouissance de la vie trinitaire.

1722 Une telle béatitude dépasse l’intelligence et les seules forces humaines. Elle résulte d’un don gratuit de Dieu. C’est pourquoi on la dit surnaturelle, ainsi que la grâce qui dispose l’homme à entrer dans la jouissance divine.
" Bienheureux les cœurs purs parce qu’ils verront Dieu ". Certes, selon sa grandeur et son inexprimable gloire, " nul ne verra Dieu et vivra ", car le Père est insaisissable ; mais selon son amour, sa bonté envers les hommes et sa toute-puissance, il va jusqu’à accorder à ceux qui l’aiment le privilège de voir Dieu ... " car ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu " (S. Irénée, hær. 4, 20, 5).

1723 La béatitude promise nous place devant les choix moraux décisifs. Elle nous invite à purifier notre cœur de ses instincts mauvais et à rechercher l’amour de Dieu par dessus tout. Elle nous enseigne que le vrai bonheur ne réside ni dans la richesse ou le bien-être, ni dans la gloire humaine ou le pouvoir, ni dans aucune œuvre humaine, si utile soit-elle, comme les sciences, les techniques et les arts, ni dans aucune créature, mais en Dieu seul, source de tout bien et de tout amour :
 La richesse est la grande divinité du jour ; c’est à elle que la multitude, toute la masse des hommes, rend un instinctif hommage. Ils mesurent le bonheur d’après la fortune, et d’après la fortune aussi ils mesurent l’honorabilité ... Tout cela vient de cette conviction qu’avec la richesse on peut tout. La richesse est donc une des idoles du jour et la notoriété en est une autre ... La notoriété, le fait d’être connu et de faire du bruit dans le monde (ce qu’on pourrait nommer une renommée de presse), en est venue à être considérée comme un bien en elle-même, un souverain bien, un objet, elle aussi, de véritable vénération (Newman, mix. 5, sur la sainteté).

1724 Le Décalogue, le Sermon sur la Montagne et la catéchèse apostolique nous décrivent les chemins qui conduisent au Royaume des cieux. Nous nous y engageons pas à pas, par des actes quotidiens, soutenus par la grâce de l’Esprit Saint. Fécondés par la Parole du Christ, lentement nous portons des fruits dans l’Église pour la gloire de Dieu (cf. la parabole du semeur : Mt 13, 3-23).


LES BÉATITUDES DANS L'ÉVANGILE DE LUC

Luc 6, 20-38

Et Jésus, levant les yeux sur ses disciples, déclara : « Heureux, vous les pauvres, car le royaume de Dieu est à vous.
Heureux, vous qui avez faim maintenant, car vous serez rassasiés. Heureux, vous qui pleurez maintenant, car vous rirez.
Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l’homme.
Ce jour-là, réjouissez-vous, tressaillez de joie, car alors votre récompense est grande dans le ciel ; c’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les prophètes. 24 Mais quel malheur pour vous, les riches, car vous avez votre consolation !
Quel malheur pour vous qui êtes repus maintenant, car vous aurez faim ! Quel malheur pour vous qui riez maintenant, car vous serez dans le deuil et vous pleurerez !
Quel malheur pour vous lorsque tous les hommes disent du bien de vous ! C’est ainsi, en effet, que leurs pères traitaient les faux prophètes.
Mais je vous le dis, à vous qui m’écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent.
Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient.
À celui qui te frappe sur une joue, présente l’autre joue. À celui qui te prend ton manteau, ne refuse pas ta tunique.
Donne à quiconque te demande, et à qui prend ton bien, ne le réclame pas.
Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux.
Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment. 33 Si vous faites du bien à ceux qui vous en font, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs en font autant.
Si vous prêtez à ceux dont vous espérez recevoir en retour, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs prêtent aux pécheurs pour qu’on leur rende l’équivalent.
Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour. Alors votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut, car lui, il est bon pour les ingrats et les méchants.
Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux.
Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés.
Donnez, et l’on vous donnera : c’est une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans le pan de votre vêtement ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous. » AELF 


LES BÉATITUDES COMPARÉES EN LUC ET MATTHIEU

► Fichier pdf à télécharger sur le site http://gitanseneglise.org 
ou

Les Béatitudes peuvent être regardées comme un résumé de la Bonne Nouvelle de l’Évangile. Elles proclament en paroles ce que les miracles de Jésus disent en actes. La comparaison entre la rédaction de Matthieu et de Luc montre clairement que chaque évangéliste les a retravaillées. Cette comparaison est indispensable pour découvrir l’originalité de chacun.

MATTHIEU , suivant sa tendance catéchétique, a développé et commenté les Béatitudes primitives, par celles des doux, des miséricordieux, des purs de cœur, des artisans de paix, inspirées de l’Ancien Testament.

LUC a conservé le nombre original des bénédictions, mais il les a développées par quatre malédictions qui s’opposent littéralement aux quatre Béatitudes.




Qu'est-ce que Jésus a voulu nous dire sur la montagne à travers les Béatitudes ?


► Selon Matthieu 5.1-16

« HEUREUX LES PAUVRES DE CŒUR CAR LE ROYAUME DE DIEU EST A EUX » :
Avoir un cœur de pauvre :
  • C’est être ouvert aux autres
  • Avoir le cœur ouvert pour les autres
  • Aider les autres
  • Ne pas être égoïste

« HEUREUX LES DOUX,  ILS AURONT LA VIE EN PARTAGE » :
Être doux :
  • Ce n’est pas être un mollasson
  • C’est ceux qui combattent les injustices sans blesser personne
  • C’est se laisser toucher par la tendresse

« HEUREUX CEUX QUI PLEURENT,  ILS SERONT CONSOLÉS » :
  • Ce ne sont pas ceux qui pleurent sur leurs malheurs
  • Ce sont ceux qui sont capables de s’émouvoir du malheur des autres et d’agir pour les aider
  • Ce sont ceux qui ont de la peine par amour pour les autres
  • C’est celui qui n’a pas le cœur endurci
  • C’est celui qui se laisser toucher par l’émotion
  • C’est celui qui a le cœur sensible

« HEUREUX CEUX QUI ONT FAIM ET SOIF DE JUSTICE ILS SERONT RASSASIES » :
  • Ce sont ceux qui se font les serviteurs des autres
  • Ceux qui sont solidaires des autres
  • Ceux qui ne pensent pas à leurs propres intérêts
  • Ceux qui cherchent à s’ajuster à Dieu
  • Ceux qui se révoltent contre les injustices
  • Ceux qui se tiennent debout face à l’injustice
  • Ceux qui se battent pour la justice 

« HEUREUX LES MISÉRICORDIEUX, IL  LEUR SERA FAIT MISERICORDE » :
  • C’est ceux qui choisissent de ne pas se venger
  • Ceux qui savent que le pardon n’est pas une lâcheté mais une force
  • La miséricorde, c’est le pardon qui jaillit du cœur de celui qui aime
  • C’est pardonner en profondeur

« HEUREUX LES CŒURS PURS,  ILS VERRONT DIEU » :
  • C’est  ceux qui ne sont pas jaloux, envieux ou mesquin
  • Ceux dont le cœur n’est pas pollué par le mal
  • Ceux qui ne se vantent pas du bien qu’ils font

« HEUREUX LES ARTISANS DE PAIX,  ILS SERONT APPELÉS FILS DE DIEU » :
  • C’est ceux qui savent laisser les vengeances de côté
  • Ceux qui ne sont pas médisants
  • Ceux qui agissent en rendant un monde plus fraternel
  • Ceux qui cherchent à comprendre l’autre quand il y a un conflit

« HEUREUX CEUX QUI SONT PERSÉCUTÉS POUR LA JUSTICE,  LE ROYAUME DES CIEUX EST A EUX » :
  • C’est ceux qui savent risquer leur vie pour les autres
  • C’est ceux qui se souviennent de leur baptême et agissent  au nom du Christ
  • Jésus nous prévient qu’être chrétien, ce n’est pas se mettre à l’abri. Ce n’est pas de tout repos, ce n’est pas simple parce qu’on n’est pas chrétien pour nous-même mais pour les autres. Ça demande d’être solidaires des autres et quelquefois c’est difficile d’être solidaire.

« HEUREUX ÊTES VOUS LORSQU’ON VOUS INSULTE,  QUE L’ON VOUS PERSÉCUTE ET QUE L’ON DIT FAUSSEMENT CONTRE VOUS TOUTE SORTE DE MAL  A CAUSE DE MOI. SOYEZ DANS LA JOIE ET L'ALLÉGRESSE, CAR VOTRE RÉCOMPENSE SERA GRANDE DANS LES CIEUX » :
  • Ça ne réjouit pas d’entendre dire du mal de soi.
  • Si ce qui est dit est vrai, ça ne me réjouit pas non plus car cela veut dire que ma vie n’est pas un exemple
  • Mais si c’est à cause de ma foi au Christ qu’on dit du mal de moi, alors je peux me réjouir parce que je peux être considéré comme un prophète qui annonce la Bonne Nouvelle du Christ.

Tous ceux qui agissent en pauvres de cœur, en doux, en artisans de paix, avec  justice… sont ceux qui sont attentifs aux autres. Ils font advenir le Royaume de Dieu sur terre. Ils apportent le bonheur sur terre. Ils peuvent être considérés comme des bienheureux aux yeux de Dieu et leur récompense sera grande dans les cieux.  




Aucun commentaire